La définition du jonglage

Si vous cherchez la définition de "jonglage" ou même "jonglerie" dans le dictionnaire, vous risquez de rester sur votre faim.
Le Larousse dit : "Technique manuelle du jongleur de cirque ou de l'antipodiste".
Qu'en est-il alors du jongleur de rue ? de cabaret ? du jongleur amateur ? bon... cette définition ne fait que déplacer le problème : qu'est-ce qu'un jongleur ?

Presque chaque jongleur peut avoir sa propre définition du jonglage. Une "poésie en mouvement", une "danse avec des objets", une "combinaison de science, de sport et de créativité"... mais on ne trouve ainsi rien qui fasse l'unanimité.



En 2017, après un énorme travail de recherche, le jongleur et historien Erik Äberg met au point la Définition du Jonglage, qu'il rend publique lors d'une conférence à la convention de l'International Juggling Association aux USA.

Tout d'abord, Erik propose que la forme de base du jonglage soit la cascade à 3 balles, c'est-à-dire l'activité qui consiste à lancer 3 balles l'une après l'autre et toujours dans le même ordre. La version de base de la cascade se jongle avec deux mains qui lancent alternativement, les trois balles circulant dans le même plan frontal, chaque balle étant attrapée plus éloignée du plan médian, puis lancée plus proche du plan médian (le plan qui coupe le corps en deux moitiés, gauche et droite).

Le choix de ce point de départ repose sur trois constats :

- pour le plus grand nombre de gens, "jongler" désigne d'abord cette activité.

- la fresque égyptienne de Beni Hassan, la plus ancienne trace écrite du jonglage qui date de 2000 ans avant Jésus Christ et qui représente des femmes en train de jongler à 3 balles, est unanimement reconnue comme représentant du jonglage.

- la cascade est la forme la plus simple de jonglage, la plus symétrique, et une des plus faciles. La balle est aussi l'objet le plus simple, le plus symétrique, le plus répandu en jonglage. La cascade est exécutée avec les mains, la partie du corps la plus utilisée pour manipuler des objets.

Il y a donc un consensus fort autour de cette activité : la cascade à 3 balles est du jonglage, et le jonglage est en premier la cascade à 3 balles.

Cette forme de jonglage (la forme répétitive, avec des objets identiques) ne devient pourtant la plus répandue que vers 1925, quand Enrico Rastelli commençait à être connu.
Avant cela, elle devient une spécialité à part entière, distincte de la magie, à la fin du XIXème siècle, représentée par Paul Cinquevalli.

Il se peut que le jonglage soit plus ancien que cette fresque, il se peut aussi que le jonglage ait commencé avec d'autres formes d'activité. Tout le jonglage ne vient pas forcément de cette activité. Mais le fait que cette activité, connue d'une grande partie de la population, trouve ses racines il y a au moins 4000 ans, a poussé Erik à considérer que c'est la forme centrale du jonglage.


Le jonglage est donc tout ce qui se rapporte, de près ou de loin, à la cascade à trois balles.

Les types de connections à la cascade à trois balles peuvent être les suivants :

- L'imitation : on peut par exemple imiter la forme des trajets en huit.

- La parenté : une activité reprenant l'idée d'habileté corporelle en manipulation d'objet ; l'idée de répétition dans une circulation d'objets...

- L'incorporation : toutes les variations qui peuvent être construites à partir de la cascade à trois balles : sous la jambe, dans le dos, bras croisés, etc.

- La réduction : une variation de la cascade, par exemple un lancer dans le dos, mais exécuté en-dehors de la cascade.

- La connexion culturelle : une acitivité reconnue comme du jonglage par un nombre suffisant de personnes. Par exemple, le football ou la gymnastique rythmique comportent de nombreux exercices d'adresse dans la manipulation d'objet, mais ne sont pourtant pas considérés comme du jonglage par la plus grande partie de la population. Ils possèdent d'autre part leur propre culture, leurs propres manifestations, leurs propres économies, distinctes du jonglage. Autre exemple, le football-freestyle, qui peut parfois être considéré comme du jonglage, et parfois non.

- Le contexte : pour les activités pratiquées dans un même lieu et au même moment que la cascade à trois balles, par un nombre suffisant de gens. Une activité exécutée par un individu reconnu comme jongleur. Par exemple, la manipulation de pâte à pizza, faite dans le cadre d'une convention de jonglage, sera considérée comme du jonglage ; faite dans le cadre d'une pizzeria, elle sera considérée comme une forme évoluée de la fabrication de pizza.

- La symbolique : quand on parle de jonglage au sens figuré.


Pour chaque exemple d'activité, sa connection est susceptible de changer selon l'observateur et selon le moment.

Selon Erik, les deux questions à poser pour déterminer si quelque chose est du jonglage, sont :
- Y-a-t-il une connection suffisamment forte avec la cascade à 3 balles ?
- Peut expliquer facilement cette connexion à d'autres que soi ?

Si la réponse à ces deux questions est oui, alors l'activité considérée est du jonglage.


Liens :

erikaberg.com
Paul Cinquevalli sur Wikipedia
Enrico Rastelli sur Wikipedia



Articles

Les problèmes des jongleurs

Les pouvoirs du jonglage

Technique Alexander et jonglage

Forme physique et jonglage

Les budgets de la culture

Jonglage traditionnel,  jonglage contemporain

Lexique

La définition du jonglage